lundi 1 janvier 2018

Abécédaire pour commencer 2018 !


Tout d'abord permettez moi de vous souhaiter une belle année 2018. J'espère qu'elle vous apportera de la joie, de la sérénité, sans oublier une bonne santé.

Les débuts d'année sont propices aux rétrospectives (et je vous propose plus loin ma vision l'actualité, principalement économique, sous forme d'un abécédaire) et aux résolutions.

Pour Neotopia je forme le vœu d'être plus constants dans l'écriture de nos articles; nous sommes au rythme - irrégulier -  d'un article par mois ce qui insuffisant. Mais le temps manque et nous essayons de vous proposer des réflexions de qualité, alors ce n'est pas toujours facile !

J'espère aussi que notre audience grandira mais cela dépend en très grande partie de vous, lecteurs. Nous ne dépensons aucun euro en achat de mots-clés et autres mécanismes publicitaires.. notre succès repose sur votre envie de nous relayer, de nous faire connaître. Alors partagez les articles, "likez" nous, faîtes découvrir le site.

Bonne année à tous.

Chem Assayag

                              Résultat de recherche d'images pour "2018"


A comme Amazon, l’entreprise qui a fait de son patron l’homme le plus riche du monde et vise à offrir tous les produits et services imaginables à ses clients.  Ce qui est un peu inquiétant c’est que c’est crédible.

B comme blockchain, technologie de transmission et de stockage d’informations qui a le potentiel de changer profondément, notamment,  les modèles d’interactions monétaires et juridiques.  En attendant, son application phare, le bitcoin, est surtout un outil de spéculation effrénée.

comme CETA. Traité de libre-échange entre l’UE et le Canada. Est entré en vigueur, presque clandestinement, malgré de vives oppositions. Exemple type de ce qu’il ne faudrait pas faire.

D comme Donald Trump, Président des Etats-Unis d’Amérique. Avec Kim Jong-un forme le duo tragi-comique le plus inattendu de ces dernières années.

E comme espoir. Espoir, garder il faut, comme dirait un petit personnage verdâtre.

F comme « fake news ». Nouvelles qui n’en sont pas ou qui en sont plutôt le « Canada Dry ». En revanche leurs conséquences sont bien réelles.

G comme go. Avec les victoires de l’intelligence artificielle AlphaGo, développée par DeepMind/Google, contre les meilleurs joueurs du monde le sujet de l’intelligence artificielle a acquis une plus grande visibilité. Entre visions apocalyptiques et avenirs idéalisés les débats sur le thème restent très polarisés.

H comme harcèlement. Phénomène dont sont victimes de très nombreuses femmes, devenu un enjeu de société majeur et visible.

I comme inégalités. Toujours en hausse ; aucune révision à la baisse n’est sérieusement envisagée.

J comme Johnny. Chanteur populaire français. Sa disparation a donné lieu à d’étranges obsèques officielles, mais qui en fait ne l’étaient pas.

K comme Kim Jong-un, dirigeant de la Corée du Nord. Avec Donald Trump forme le duo comico-tragique le plus inattendu de ces dernières années. 

L comme licorne. Se dit des start-up qui sont valorisés à plus d’un milliard d’euros (ou de dollars). Semble être devenu l’objectif de tout entrepreneur. « Petite start-up deviendra une grande licorne ».

M comme Macron. Président de la République française, élu au terme d’une campagne très habile et chanceuse. Mène une politique économique clairement en faveur des plus aisés et des grandes entreprises. Le Président rêvé du MEDEF.

N comme Neymar. Joueur de football et dribbleur brésilien ; a été transféré au PSG à l’été 2017 pour la somme record de 220M d’euros. Un cas intéressant de calcul de retour sur investissement.

O comme optimisation fiscale. Terme euphémisant pour désigner les stratégies sophistiquées d’évitement de l’impôt par les grandes entreprises.  L’euphémisme coûte des centaines de milliards à la collectivité tous les ans.

P comme « papers » ; désigne une série d’enquêtes journalistiques (« Panama Papers », « Paradise Papers ») mettant à jour les pratiques illégales ou quasi-illégales d’évasion fiscale, de blanchiment et d’optimisation (voir O). 

Q comme « quantitative easing » ou politique de l’argent facile mise en place par les banques centrales depuis la crise de 2008. On annonce sans cesse sa fin mais elle semble particulièrement résistante.

R comme réchauffement climatique. Terme qui devrait être remplacé par celui de dérèglement climatique qui est plus juste. Des preuves quotidiennes en sont malheureusement apportées.

S comme Station F. Immense incubateur de start-up inauguré à Paris. Imaginé et financé par Xavier Niel,  entrepreneur – qui a très bien réussi - français de la technologie et patron peu social.

T comme taxi. Exemple type d’une profession menacée par l’émergence des plateformes numériques, en l’occurrence UBER. Le match semblait perdu d’avance mais s’annonce finalement plus disputé que prévu.

U comme ultra-riches. Population en augmentation constante ; va de pair avec l’accroissement des inégalités (voir I).

V comme voiture. Objet familier dont l’avenir prend plusieurs ramifications : machines volantes, véhicules automatiques et autonomes, dronauto…

W comme Weinstein. Producteur de cinéma américain qui utilisait sa position de pouvoir pour harceler sexuellement (voire agresser) de nombreuses actrices. Synonyme de scandale.

X comme Xi Jinping.  Le président chinois a renforcé son pouvoir et dirige le pays d’une main de fer. Et la Chine s’affirme de plus en plus comme l’autre (la seule ?) grande puissance.

Y comme Yémen. Pays en proie à la guerre depuis plusieurs années. Sur fond de motifs religieux, terrain d’affrontement entre les puissances régionales. Les gagnants sont inconnus, les perdants (les populations) sont certains.

Z comme Zuckerberg. Le patron de Facebook semble désormais vouloir se présenter à l’élection américaine de 2020. Avec ou sans « fake news ? » (voir F).

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire